Quelques éléments d'ordre théorique

Imprimer

En Suisse, comme ailleurs, l’Etat social est en difficulté. En plus de la crise financière (l’Etat social coûte trop cher), de la crise d’efficacité (l’Etat social ne tient pas ses promesses), celui-ci est également confronté à une crise de légitimité (l’Etat doit-il tout faire ? L’Etat peut-il tout faire ?).

C’est dans ce contexte que la question du bénévolat (dans ses différentes formes) ne cesse de se développer dans les sociétés occidentales, où les notions d’altruisme, d’engagement, de solidarité reviennent en force face à des situations de précarité (sociale ou économique), d’exclusion (temporaire ou permanente) ou d’urgence (guerre, catastrophes naturelles) qui n’épargnent personne.

la diversité des fonctions du bénévolat

L'action bénévole ne constitue pas une réalité homogène susceptible d'être rassemblée, réunie, coordonnée d'une façon simpliste. Il s'agit d'un ensemble de réalités fort diverses poursuivant des objectifs différents, voire opposés, avec des moyens tout aussi différenciés.

C'est une fonction de suppléance lorsque le bénévolat organisé prend en charge des besoins qui ne sont pas du tout assumés par les pouvoirs publics.  (Exemple : Association Boulimie Anorexie -ABA)

C'est une fonction d'intégration, là où les services publics sont trop limités ou inadéquats ; dans ce cas il offre des services complémentaires.  (Exemple : Association Suisse l'Enfant et l'Hôpital)

C'est une fonction de concurrence quand le bénévolat propose des services alternatifs aux services publics avec l'intention de permettre une liberté de choix effective entre divers types ou méthodes de réponses aux besoins.  (Exemple : Groupe de bénévoles du Service d'Aide Juridique aux Exilés - SAJE)

C'est une fonction d'anticipation, lorsque le bénévolat précède l'intervention publique avec l'intention de stimuler la création de services et de suggérer des modalités d'organisation pour ceux-ci.  (Exemple : Association Faire le Pas)

C'est une fonction de recherche et d'expérimentation particulièrement lorsqu'il s'agit d'éprouver de nouveaux modèles d'intervention susceptibles de répondre à des besoins nouveaux ou à des besoins pour lesquels les organismes en place se sont révélés inefficaces. (Exemple : Association Français en Jeu)

C'est une fonction d'humanisation des structures lorsque le bénévolat se donne pour tâche d'assurer une présence orientée vers la stimulation de la solidarité au sein des organisations. (Exemple : Groupe de visiteurs Prison Bois-Mermet).

 

Les différentes formes de bénévolat social

Les activités bénévoles sont multiples et diverses.

Dans le domaine de l'action sociale, Claude Bovay et Jean-Pierre Tabin les ont classées  de la façon suivante:

Le bénévolat social administratif : ce sont les tâches d’organisation et de bureau en relation plus ou moins directe avec l’accomplissement de prestations d’aide.

Par exemple, ce sont les activités dans les ludothèques, les bibliothèques.

Le bénévolat social à but « économique » : il recouvre l’ensemble des activités ponctuelles de collectes, de ventes (d’objets, de timbres d’allumettes, etc.).

Le bénévolat de gestion : c’est la participation de bénévoles au sein des comités (association ou fondation).

Le bénévolat de représentation : il s’agit d’une forme particulière de bénévolat qui consiste à faire appel à des bénévoles au titre de représentant local dans la plupart des communes ou des régions de Suisse. (Pensons, par exemple à Pro juventute).

Le bénévolat  de prestations d’aide : qui répond à des besoins vitaux (nourriture, hygiène, logement) tels que des lieux d’accueil diurnes ou avec hébergement, des conseils et accompagnement spécialisés, la formation /éducation, la défense des droits et les réseaux de sociabilité (échanges de savoirs, échanges de services).

 

Le bénévolat en chiffres - office fédéral des statistiques

Observatoire du Bénévolat - SSUP

|Retour|



Ruchonnet 1 - 1003 Lausanne - Tél +41 21 313 24 00 - contactCopyright©2011   Plan du site   réalisation imedia